Nouvel âge

Quand j’avais six ans, j’avais hâte d’en avoir douze. Je me rappelle très bien une journée comme les autres en 2002. Je m’imaginais fêter mes 12 ans ; j’avais hâte et me disait il ne me reste plus que 6 ans et je serais grande je n’aurai plus á faire des trucs de gamines LOL. Quelques années plus tard j’eus mes 12 ans et j’avais hâte d’en avoir 18 !

Dix-huit ans ! Quel bel âge ! La majorité. Elle rime avec liberté, épanouissement et surtout indépendance. C’est ce que l’on croit tous. Déçue quand tu te rends compte que ce n’est pas comme les films, tu n’es vraiment pas indépendante ni libre. Une fois de plus j’avais encore hâte de grandir un peu, d’en avoir 20.

Vingt ans enfin, il était temps ! Presque libre, là je pouvais dire que je commençais à vivre ma vie comme je l’avais toujours souhaité. Loin de tous, seule, libre et indépendante (que sur certain aspect (rire)). C’était la belle vie. Je me sentais mûre jusqu’au jour de mon vingt et unième anniversaire. Grosse dépression je me rend compte d’une chose : je vieillis, le temps passe trop vite. Je m’imaginais déjà avec des cheveux blancs, courbée. Quelle horreur ! Je ne voulais pas quitter mon lit ni fêter mon anniversaire. Pourquoi le célébrer si ça me rappelle que je ne suis plus très jeune et qu’il me reste peu de temps ? Cela peut paraître un peu exagéré mais c’était le bordel dans ma tête. Je me répétais tout le temps putain je vieillis et je n’en ai pas envie. Je ne m’imagine pas veille et cela me donnait envie de pleurer. Je voulais juste arrêter le temps. On a tous déjà entendu parler de la crise de la trentaine, quarantaine mais moi je l’ai eu à mes 20 ans… Un peu précoce n’est-ce pas ? J’avais hâte de grandir et maintenant grandir me causait de la panique, de l’angoisse !! Peut-être parce que je me rendis compte que grandir n’était pas si facile, plus tu grandis plus les choses se compliquent et personne ne m’avait prévenu. Je n’avais pas envie de perdre de mon innocence, pas envie de m’inquiéter du lendemain. Être un éternel enfant : Syndrome de Peter pan ou peur de la mort ? Comme déclarait Pierre Corneille :<< Chaque instant de la vie est un pas vers la mort.>> Mais pourquoi avoir peur de la mort si aucun de ceux qui sont partis n’est jamais revenu nous prévenir des dangers ou réalités après la mort. Certains trouvent la paix et d’autres disent être dans un endroit meilleur. Alors pourquoi ?

Je me disais le temps passe tellement vite que je n’aurai pas le temps de faire tous ce que je m’étais résolu, accomplir mes rêves. Car je voulais tous les accomplir étant jeune. Je rêvais d’aventure, faire le tour du monde…Excusez-moi mais : Les vieux n’ont pas la force de faire toutes ces choses, d’après mon raisonnement espiègle. Je m’étais fixer un âge limite pour accomplir mes rêves et projets. Á 25 ans je devrais avoir déjà fait telle ou telle chose, avoir un diplôme, un travail, une maison, etc.

Vingt-cinq ans, MERCI CORONA ! L’année ou je disais tout faire, l’année de l’accomplissement ou j’allais me donner á fond bien je n’ai rien fait, zéro, nada, Nothing.

Vingt-six ans, je me rends enfin compte d’une chose ; l’âge n’est qu’un chiffre. Nombreux disent que la meilleure étape d’une vie c’est la jeunesse mais on est jeune jusqu’à quel âge ? La vingtaine il faut en profiter au max… Ce n’est pas faux certes, j’étais sous la douche et je me suis mise à penser : c’est vrai que je n’ai pas encore accompli tout ce que je veux dans la vie mais je suis encore jeune, très jeune ! Alléluia !! Mes yeux s’ouvrent enfin. Ou c’est parce qu’on n’arrête pas de me le dire. J’ai toute la vie devant moi. Pourquoi se mettre tant de pression ? j’ai tout le temps du monde. Et si seulement j’avais tout fait dans la vingtaine, j’aurai une trentaine très ennuyante, la quarantaine ouf, la cinquantaine n’en parlons pas…La vie ne résume pas qu’a la jeunesse. Sachons profiter de chaque étape de nos vies. Sans se précipiter, sans forcer, et surtout sans pression.

Un bel âge ou j’ai su profiter, rire, pleurer, découvrir, grandir, tomber et me relever. Je sens être sur la bonne voie, jeune et vivante plus que jamais. J’ai réalisé rêves et projets. Pour ce que je n’ai pas pu faire, ce n’est pas grave. Il y a une nouvelle et belle année qui m’attend. Elle sera dix, cent, mille fois mieux…J’embrasse ce nouvel âge avec enthousiasme, joie, zenitude. Après tout on a qu’une seule vie !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s